Autriche: Braunau veut «se libérer du stigmate d’être la ville de Hitler», Les voix du monde

21.04.2016

Projekt Beschreibung

mediaL’Autriche veut saisir la maison natale d’Adolf Hitler pour éviter qu’elle ne devienne un lieu de pèlerinage nazi. La maison est vide depuis 2011 lorsque la propriétaire a refusé d’y effectuer des travaux indispensables. Adolf Hitler est né à Braunau am Inn, en Autriche, il y a 127 ans presque jour pour jour. D’ordinaire, tous les ans, le samedi de son anniversaire, devant sa maison natale, se déroule une manifestation d’antifascistes qui, cette année, n’aura pas lieu. L’Etat autrichien a annoncé son intention de saisir cette maison, à la fois parce que l’actuelle propriétaire refuse d’y effectuer des travaux indispensables, mais aussi pour éviter qu’elle ne devienne un lieu de pèlerinage nazi.
« Nous sommes en train d’examiner un projet de loi qui imposerait un changement de propriétaire, et ferait de l’Etat autrichien le nouveau propriétaire », a déclaré début avril Karl-Heinz Grundboeck, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Le ministère souhaite saisir la maison natale d’Adolf Hitler, né le 20 avril 1889, au cœur de Braunau am Inn, dans le nord de l’Autriche, à la frontière avec l’Allemagne. Le livre Mein Kampf commence par l’éloge de cette ville, Hitler se félicitant qu’une « heureuse prédestination » l’ait fait naître là-bas. Le projet du ministère est d’éviter que cette maison ne devienne un lieu de pèlerinage nazi. Karl-Heinz Grundboeck explique : « Nous avons conclu au cours de ces dernières années que l’expropriation était le seul moyen d’éviter que le bâtiment ne soit utilisé par [des] nazis. » Pour Andreas Maislinger, historien, fondateur du Service autrichien de la mémoire, les affirmations selon lesquelles cette maison serait un lieu de pèlerinage pour les néo-nazis ne sont que des « rumeurs largement répandues ». Selon ce dernier, qui rapporte des propos de la police municipale de Braunau, il n’y avait « rien à signaler » le 20 avril, alors que cette date est censée être le jour où se rassemblent des néo-nazis devant la maison. Au New York Times, la police locale a expliqué que globalement les problèmes étaient rares, sachant que la maison est constamment surveillée. « Naturellement, Braunau est un symbole pour Hitler et le national-socialisme, déclare Andreas Maislinger. Mais cela se rapporte plus au mot Braunau [braun signifie brun, ndlr] qu’à la ville de Braunau am Inn. Les lieux de pèlerinage des néo-nazis sont plutôt l’Obersalzberg [où se trouvait la résidence secondaire d’Adolf Hitler, ndlr] et Wunsiedel [où est enterré Rudolf Hess, lieutenant de Hitler, ndlr]. »
Une bataille judiciaire avec l’actuelle propriétaire La maison natale de Hitler, de 800 mètres carrés sur deux étages, située au 15, rue Salzburger Vorstadt, a successivement été une bibliothèque, une banque et un lycée. Mais depuis 2011, l’Etat autrichien est mêlé à une bataille judiciaire avec l’actuelle propriétaire de la maison, Gerlinde Pommer. Cette habitante de Braunau a hérité de cette maison de ses grands-parents, qui l’ont achetée en 1912. En 1972, Gerlinde Pommer a signé un bail avec le gouvernement pour la transformer en centre d’aide aux personnes handicapées.
Mais en 2011, Gerlinde Pommer a refusé de manière inattendue d’autoriser des travaux de rénovation indispensables pour en faciliter l’accès. Depuis cette année-là, la grande maison à la façade jaune est vide, le centre ayant déménagé dans un endroit plus moderne. La propriétaire a refusé une offre d’achat de la part du ministère de l’Intérieur. « On ne comprend pas pourquoi Gerlinde Pommer lutte contre chaque utilisation raisonnable de la maison et pourquoi elle ne veut pas accepter de la vendre à la République d’Autriche. Je regrette qu’on ne lui ait que trop peu laissé la parole », explique Andreas Maislinger. Les autorités autrichiennes continuent aujourd’hui de payer 4 700 euros de loyer chaque mois. Elles sont de plus en plus exaspérées par l’attitude jugée incompréhensible de la propriétaire. Le ministère de l’Intérieur étudie les bases constitutionnelles d’une expropriation et « prendra les mesures appropriées », a annoncé son porte-parole. « On veut réfléchir à de nouvelles stratégies » « Depuis quelques années, l’alliance Braunau gegen Rechts [Braunau contre la droite, ndlr]organise une manifestation le samedi de l’anniversaire de Hitler. Cette année, la manifestation est annulée, car on veut réfléchir à de nouvelles stratégies [de mobilisation] contre l’extrémisme de droite », explique Andreas Maislinger, très impliqué pour une rénovation du bâtiment. « Si la maison reste vide, il y a le risque qu’elle soit mystifiée de nouveau », prévient-il. Mais cette maison divise les quelque 17 000 habitants de Braunau am Inn. Certains, comme Georg Wojak, commissaire du district, veulent qu’elle devienne un centre pour réfugiés. D’autres pensent à un musée dédié à la libération de l’Autriche. Il y a même eu des appels à sa démolition, mais la maison est classée monument historique du fait de son ancienneté, et ne peut donc être détruite. En 2012, une polémique a éclaté, lorsque le maire de la ville Johannes Waidbacher a exprimé le souhait que l’immeuble devienne un lieu d’habitation privé. Johannes Waidbacher avait ajouté : « On doit se demander si construire un autre mémorial de l’Holocauste a du sens, alors qu’il y en a déjà tellement dans les environs. » Des déclarations qui ont choqué des habitants et des politiciens locaux, amenant le maire à revenir sur ces propos en affirmant qu’il était ouvert à « toutes les possibilités » pour l’immeuble. « Se libérer du stigmate d’être la ville de Hitler » Le ministère veut en faire un lieu d’activité socio-éducative. « Sans une définition claire de l’utilisation de cette maison, la ville de Braunau am Inn ne peut pas se libérer du stigmate d’être la ville de Hitler », indique Andreas Maislinger. Il a proposé d’y construire une Maison de la Responsabilité, un musée sur les crimes contre l’humanité, qui serait un « lieu international de rencontre et de réconciliation ». Une idée « soutenue par beaucoup de citoyens de Braunau », rapporte Andreas Maislinger, confiant sur le fait que le ministère de l’Intérieur le soutient. En 1989, un monument contre la guerre et le fascisme a été érigé devant la maison. C’est une pierre en granit qui provient de la carrière du camp de concentration de Mauthausen en Autriche sur laquelle est inscrit : « Pour la paix, la liberté et la démocratie. Plus jamais de fascisme : des millions de morts nous le rappellent ».
Braunau Hitlerhaus Gedenkstein

Projekt Details

  • Datum 24. April 2016
  • Tags Pressearchiv 2016

Kommentar schreiben

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

nach oben